C'est quoi, l'ABA ?

L’ABA (l’analyse appliquée du comportement ou Applied Behaviour Analysis, en anglais) découle de la recherche sur le comportement. Il s'agit d'une approche scientifique qui utilise les lois de l'apprentissage identifiées dans la recherche pour favoriser les comportements qui participent au bien être et à l'autonomie de la personne.

L'ABA vise aussi à réduire les comportements qui perturbent les apprentissages, l'autonomie et le bien être de la personne.

L'ABA est portée par une éthique qui nous guide dans le choix des objectifs à travailler et sur la façon de les appliquer. 

ABATHERAPYbody

Les dimensions principales de l'ABA :

  • Objectifs fonctionnels

    Sélection d'objectifs répondant aux besoins de la personne et ayant un intérêt dans son quotidien 

    Les objectifs participent à l'épanouissement, la sécurité, l'insertion et l'autonomie de la personne 

  • Principes d'apprentissage

    Utilisation des principes de l'apprentissage qui ont été validés par la recherche

  • Etablissement de la motivation

    Utilisation des intérêts de la personne pour la faire entrer dans les apprentissages

  • Suivi des progrès

    Prise de données quotidiennes afin d'évaluer les progrès et revoir le programme si nécessaire

Origines de l'ABA

Lovaas (1927-2010) est le pionnier de L’ABA en ce sens qu’il a été le premier à appliquer les recherches en analyse du comportement auprès d’enfants autistes. Depuis Lovaas, d’autres modèles dérivés de l’ABA ont fait leur apparition, au gré des dernières recherches. Des cliniciens ont développé l’approche VB au début des années 2000. Ce modèle, qui signifie «  comportement verbal » (Verbal Behavior) (Sundberg & Partington, 1998; Sundberg & Michael, 2001), est en grande partie inspiré par les travaux de Skinner (1904-1990). Skinner était le premier chercheur à mettre en lumière les principes que nous connaissons aujourd’hui, de renforcement,  conditionnement opérant, stimulus discriminatif, etc. Parmi ses nombreuses recherches sur le comportement humain, (The Behavior of Organisms, 1938), il s’est beaucoup intéressé au comportement verbal (Verbal Behavior, 1957).

shutterstock_501262066

En savoir plus

Dans le modèle VB, les travaux de Skinner sont utilisés pour favoriser les compétences de communication. Le langage est considéré par ce modèle comme étant la fondation de tous les apprentissages chez les enfants typiques. Il s’agit d’une compétence-pivot permettant d’accéder à d’autres sources d’apprentissage, plus complexes. Le langage étant particulièrement déficient chez les enfants présentant des troubles du spectre autistique, il est considéré comme le premier objectif à développer chez ces personnes.

D’autres éléments sont caractéristiques de la méthode VB, tels que l’utilisation de la motivation. En ABA-VB, les interventions consistent typiquement en la manipulation de la motivation (LeBlanc et al., 2006). Il est considéré que la motivation est à l’origine de la plupart des apprentissages. Il est donc important de prendre en compte cette variable dans le cadre des programmes d’enseignement. Ainsi, en VB on utilise ce qui intéresse l’enfant pour l’emmener vers les apprentissages. Et tout particulièrement pour l’aider à accéder au langage.

Enfin, en ABA-VB,  planifier la généralisation des acquis en environnement naturel est essentiel. Il est important que l’enfant développe des compétences lors des enseignements structurés, au bureau, mais il faut aussi qu’il soit capable d’utiliser les compétences qu’il a acquises au bureau, au quotidien et dans l’environnement naturel. S’il ne restitue ses acquis que dans le cadre strict de l’enseignement au bureau, ses apprentissages ne lui seront pas utiles (Carbone, 2012). Il faut qu’il puisse “généraliser” ses compétences à d’autres environnements, personnes, supports, etc. Ainsi, en VB, il est recommandé d’incorporer des stratégies d’enseignement naturel (format d’enseignement « NET »), durant les séances d'enseignement. Le NET, qui est dérivé du modèle d’Enseignement Naturel de Stokes et Baer (1970-1980), présente un format d’enseignement plus souple, plus “naturel”, qui consiste à suivre la motivation de l’élève, dans le cadre de jeux hors bureau, afin de généraliser les acquis.

L'autisme en France :

L’autisme fait partie des troubles du spectre autistique. Ces troubles, d’origine neurobiologique, apparaissent précocement dans la vie de l’enfant (avant l’âge de 3 ans), et persistent à l’âge adulte.

Ils se caractérisent par des altérations dans les 3 domaines suivants :

  • La communication,
  • Les interactions sociales
  • Les intérêts restreints (autostimulations, routines, etc.)

En savoir plus

Les personnes atteintes de Troubles du Spectre Autistique (TSA) paraissent souvent « enfermées dans leur monde ». Elles s’intéressent généralement davantage aux objets qu’aux personnes et présentent des retards de communication importants (manque de regard, absence de demandes spontanées, compétences de conversation faibles, etc.) (DSM-IV, 1994). Selon les chiffres de l’INSERM, 1 personne sur 150 naît autiste. Il existe 440 000 personnes autistes en France, et 67 millions dans le monde. Les chiffres ne cessent d’augmenter d’année en année (Autisme France). Les prises en charges précoces et individualisées de l’autisme permettent de diminuer les symptômes et de développer les compétences de l’enfant dans tous les domaines de développement (INSERM). Plus l’enfant est pris en charge tôt, plus il a de chances de s’intégrer socialement dans sa vie d’adulte.

Pourquoi l’ABA est-elle adaptée à l’autisme ?

Cette approche repose sur des principes simples visant à diminuer les comportements inadaptés de l’enfant (stéréotypies, troubles du comportement, etc.) et à augmenter les apprentissages, dans tous les domaines de développement (Autisme sans Frontière).

L’ABA est-elle efficace ?

Selon le dernier rapport de la Haute Autorité de Santé et l’INSERM (2013), les programmes éducatifs précoces, globaux et intensifs, dont l’ABA fait partie, sont efficaces pour diminuer les symptômes de l’autisme et développer leur intégration sociale: “Trente années de recherches ont démontré l’efficacité de l’analyse appliquée du comportement en réduisant les comportements inappropriés et en augmentant la communication, les apprentissages et les comportements sociaux adaptés.” (Mental Health, US, 1999).

Caractéristiques d’un suivi en ABA

Objectifs individualisés et fonctionnels

Le VB-MAPP, l’ABLLS, l’AFLS, l’EFL, etc. sont des outils d’évaluation des compétences, typiquement utilisés en ABA, permettant d’identifier les points forts et les faiblesses de chaque personne, dans tous les domaines de développement. En fonction du profil établi, il est possible de dresser des objectifs individualisés, répondant directement aux besoins de la personne.

Les évaluations de compétences sont renouvelées tous les 6 à 12 mois, en fonction des progrès observés.

Les objectifs choisis doivent permettre à la personne d’améliorer son autonomie et sa qualité de vie, ainsi qu’assurer sa santé et sa sécurité (EFL, 2014)

Contextes d’enseignement variés

L’enseignement peut se dérouler en groupe ou en 1 pour 1 selon les objectifs, les contextes d’apprentissage et le ratio adulte-enfant existant. Il est mené dans tous les milieux de vie, que ce soit durant des activités ludiques ou au cours de séances plus structurées, au bureau.

L’enseignement structuré a été démontré comme une méthode efficace pour le traitement et l’éducation de personnes avec autisme (Smith, 2001). Néanmoins, si les apprentissages sont menés dans ce contexte uniquement, les chances de se généraliser et de devenir fonctionnels pour la personne, seront assez faibles. En ABA-VB, afin de donner « du sens aux apprentissages » l’enseignement « structuré » (ex : au bureau) est suivi par une phase de généralisation des compétences dans l’environnement naturel. La généralisation est menée à travers des activités plaisantes ou ludiques, et des jeux motivants.

Enseignement méthodique mais adapté

L’ABA (l’analyse appliquée du comportement ou Applied Behaviour Analysis, en anglais) découle des recherches sur le comportement.

Il s’agit d’ « une science dont les techniques dérivées des principes du comportement sont appliquées de manière systématique pour améliorer les comportements significatifs de l’individu dans sa vie de tous les jours » (Traduit, Cooper, 2007)

Elle consiste donc en l’application de démarches précises et scientifiquement valides, dont certaines sont exposées ci-dessous:

[IMAGE]

Même si la méthode d’enseignement reste la même (scientifiquement valide), l’ABA s’adapte à l’élève et aux contextes d’enseignement. Par exemple, si les opportunités d’apprentissage sont limitées, nous choisirons peu d’objectifs, permettant une répétition suffisante des apprentissages. Si la personne est un(e) adulte avec un retard intellectuel associé qui le/la freine dans ses apprentissages, des objectifs fonctionnels, répondant à ses besoins les plus importants, tels qu’exprimer des demandes simples, développer ses intérêts pour s’occuper, marcher à côté d’un adulte sans se mettre en danger, etc., seront développés en priorité.

Coordination

La clé d’un suivi efficace est avant tout la coordination. Pour cela, des réunions doivent être menées régulièrement. 

Les réunions permettent à tous les acteurs intervenant autour de la personne de faire un point sur :

  • les objectifs en cours
  • les nouveaux objectifs à introduire
  • les stratégies à mettre en place pour les atteindre. 

Exemples de questions posées en réunion : 

Quels objectifs travaille-t-on ? 

Pour enseigner à s’arrêter, quel est le comportement attendu précisément : s’arrêter à « stop » ? S’arrêter à la route ? S’arrêter quand l’adulte le retient ?

Dans quel contexte enseigner ? Avec quels outils ? Quelles guidances employer ? Selon quel critère considère-t-on l’objectif atteint ? …

Des programmes écrits sont rédigés à l’issue des réunions afin d’avoir un support détaillé qui rappelle la procédure à suivre en cas de soute ou d’oubli. Si les objectifs ne progressent pas, une réévaluation des stratégies mises en place doit être menée en réunion, dès que possible.

Evaluation régulière des progrès

Les intervenants sont formés à coter les réponses ou compétences enseignées, ce qui permet de suivre l’évolution des apprentissages et de revoir les stratégies dans un délai raisonnable en l’absence de progrès. 

Les méthodes de cotation en VB sont peu contraignantes et faciles à utiliser. Elles ne doivent pas entraver la relation avec l’élève au cours de l’enseignement. Les intervenants doivent pouvoir s’en saisir facilement. 

Global

Idéalement, les interventions sont menées dans tous les milieux de vie de la personne (école, domicile, etc.), en partenariat avec la famille et les autres partenaires de soin (médecins, orthophoniste, etc.), selon les recommandations de l’ANESM.